Le C@rnet de bord est dédié à Pierre de Rosa, militant inlassable de l’éducation et des droits de l’enfant, qui nous a quitté le 15 octobre dernier.

Édito

Pour les Francas, le 20e anniversaire de la CIDE revêt une importance particulière ; en tant qu’association impliquée dans les travaux des ONG françaises préalables à l’adoption de la convention en 1989, en tant que mouvement capable de traduire en actions un certain nombre de principes énoncés dans ce texte.
En effet, les droits des enfants constituent un ensemble vivant, au cœur de notre action dans l'environnement proche comme au plus lointain. Dans l’action quotidienne comme dans la durée de l’éducation à la responsabilité, ils sont la base des possibilités d’engagement des jeunes.

Durant l’année 2009, les Francas ont développé des actions de promotion des droits des enfants dans plusieurs directions, et notament vers les structures éducatives : établissements scolaires et centres de loisirs.
Le C@rnet de bord des droits à l’éducation, aux loisirs et à la culture auquel ont participé les centres de loisirs d’une trentaine de départements, valorise des situations vécues durant l’été 2009 : pratiques d’activités éducatives et culturelles, initiatives portant sur le cadre de vie , modalités d’expression et de participation ; en somme toutes les situations illustrant les articles 29 et 31 de la Convention internationale.
Par cette contribution, les Francas entendent montrer que l’apport essentiel de la convention internationale réside dans l’idée que l’enfant est une personne sociale disposant de capacités et que celles-ci doivent vivre dans l’espace familial mais aussi dans les espaces éducatifs et sociaux plus large.

Philippe DEPLANQUE
Délégué général

Introduction

L’action que les Francas développent dans les centres de loisirs éducatifs, mais aussi dans les différents espaces sociaux est imprégnée des droits des enfants tels que la CIDE les définit :

« L’éducation doit favoriser l’épanouissement de la personnalité de l’enfant et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités. Elle doit le préparer à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d’égalité entre les sexes et d’amitié entre tous les peuples. »

« Les États parties reconnaissent à l’enfant le droit au repos et aux loisirs, le droit de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge, de participer librement à la vie culturelle et artistique. Ils encouragent l’organisation de moyens appropriés de loisirs et d’activités récréatives, artistiques et culturelles, dans des conditions d’égalité. »

Pour concrétiser les idées contenues dans les extraits de ces deux articles de la CIDE, nous vous proposons 102 situations vécues durant l’été 2009, organisées autour de six grands chapitres. Elles retracent la contribution directe ou indirecte des centres de loisirs éducatifs à la conquête et à l’exercice des droits à l’éducation à la culture et aux loisirs.

Merci aux animateurs et directeurs qui mettent quotidiennement en vie ces situations.

Michel CASSE
Délégué national